03 janvier 2006

Planète Mars

Hier je suis entré dans un magasin chinois à belleville, avec Denis. Denis demande s'ils vendent le sachet plastique avec une fermeture. On lui montre deux fois les pills. Visiblement cette personne ne parle pas français. Je me dirige vers une autre dame et pose la même question. Elle ne me regarde même pas et réponds à peine ma question : Je ne sais pas (style : dégage, je ne te parle pas). J'insiste, elle aussi. Denis et moi nous sommes sortis du magasin et nous avons l'impression d'être insulté. C'est terrible. Je sais qu'elle a ces sachets platiques parce qu'ils sont juste derrière elle, mais elle n'a pas envie de nous parler tout simplement. Sur le coup, j'avais vraiment envie de l'étrangler.

Heureusement, il faisait beau hier avec un grand soleil.

6 commentaires:

Henri-Pierre a dit…

Mon cher Buz, tu ne pourras jamais étrangler l'indifférence et la sottise du monde.
Tu fais bien de te concentrer sur les quelques rayons de soleil qui zèbrent nos cieux hivernaux.

Chez Buzenval a dit…

et oui ! tu as raison. Aujourd'hui je me concerntre sur le travail !

Henri-Pierre a dit…

Tu te rends compte, Buz de la magnifique faute de frappe que tu as faite ? Tu as créé le lien entre "concerné" et "concentré".
Si c'est voulu je te jalouse le mot à fond

Nicolas a dit…

ah ça ! c'est pas le belleville de Pennac, ton histoire...

Chez Buzenval a dit…

HP, comment dirige...? :))

Stephane a dit…

Made in China - c'est bizarre cette indiférence de la part de commerçants, tant pis pour eux