07 janvier 2006

Dans le couloir du métro

Un peu avant noël, un soir, je rentrais chez moi, seul, face à la foule dans le couloir du métro. J'étais à Nation et j'arrivais sur le quai pour prendre la ligne 9, direction Mairie de Montreuil, tout d'un coup, j'ai entendu une musique, une musique qui m'a séduit dès la première seconde. C'est du Blues... Très étrange car je ne suis jamais fan de blues. Mais là, ça a été un choque... La guitare solo dans le couloir du métro joué par un musicien de très haut niveau était tout simplement sublime. J'avais presque envie de pleurer. Le train arrive, tout le monde montait, moi aussi, avec beaucoup de regret. J'avais envie de rester sur place rien que pour écouter cette musique qui me déchire, qui me donne vie, mais... mais non, je ne l'ai pas fait. J'étais trop timide. Je n'osais pas faire ça devant tout le monde. Je voulais surtout acheter son CD... Non, je ne l'ai pas fait non plus. Je rentrais à la maison seul avec mes regrets... Ce soir là, j'avais mal. Je cherchais tous les CDs que j'avais pour essayer de trouver un bon morceau de musique pour me calmer. Non. Rien. Rien de blues. J'ai fini par écouter Chet Becker, rien à voir, juste pour me remplir ce vide...

Ce soir, en rentrant du travail, j'ai recroisé ce monsieur qui jouait la guitare. Bonne surprise. Malheureusement, j'étais pressé, on m'attendait à la maison. Le train arrive toujours au mauvais moment. Je me allé le voir cette fois-ci. J'ai acheté son CD en une seconde et je monte dans le train de suite. Je n'ai pas pu trop parler avec ce musicien. Il a un joli accent quand il m'a dit "merci"...

Maintenant, je sais qu'il s'appelle Camilo Silvart. Son CD contient uniquement de musique plutôt classique, enregistré il y a 5 ans, mais j'ai beaucoup aimé. J'espère que ce musicien du métro vit bien de son métier, et surtout, il arrive à trouver son public, et son bonheur... Merci Camilo.

12 commentaires:

Henri-Pierre a dit…

Bonsoir Buz, ou plutôt bonne nuit.
Il est minuit et vingt-cinq minutes, j'ai eu beaucoup de monde à dîner à la campagne.
Après l'agitation des fourneaux, de la réception et toute l'obligation d'être à l'aise et communicatif, la lecture de ton article est comme l'apaisement salutaire qui me fait changer de planète.
Merci pour ces si beaux sentiments, vrai viatique pour une nuit douce.

Nicolas a dit…

Le monde est petit !!! j'ai acheté le CD de ce charmant jeune homme quand il jouait à Charles de Gaulle - Etoile, sur la Ligne 1. Il reste un peu trop cantonné aux classiques à mon goût mais c'est très agréable à écouter... tu as très bon goût, Buzenval ! LOL...

Chez Buzenval a dit…

@HP : Merci pour le message...
@Nicolas : Le monde est petit. On est tous les deux séduit par le même musicien. Je suis d'accord que le CD est plustôt "classique" rien à voir avec ce qu'il joue en live !

Didier a dit…

Tu as eu la chance de retomber sur lui par hazard ! Ton histoire confirme une fois de plus ma vision des choses. Il faut savoir savourer les moments, les émotions qui se présentent à nous. Après il est trop tard et l'on regrette. Tu avais envie de pleurer alors pourquoi cette pudeur, cette crainte du regard de l'autre ? Ton histoire illustre parfaitement un de mes premiers articles. J'ose montrer mes émotions et cela est magnifique car tu vis vraiment et en plus cela fait un bien fou. Un petit gars du sud qui a appris à vivre !

Phoenix a dit…

Et oui ! Le coup de coeur est possible même dans le métro !
Jolie petite histoire que celle-ci... Le blues personnellement, à part les classiques, j'étais un peu comme toi pas très fan... Mais qui sait peut être qu'un jour dans les rues de Rennes, j'entendrais aussi une mélodie qui me fera tilt !
;-)

STe a dit…

Comme quoi ce musicien, même dans le métro, arrive à captiver un publique!!
Suis tout a fait d'accord avec Didier...on est trop pressé et on ne prend pas assez le temps d'apprécier qhaque instant..."l'image" c'est vraiment un mot que je finis par détester! Et pourtant j'en suis encore prisonnier moi aussi :-(

Chez Buzenval a dit…

C'est vrai... Souvent dans la vie on n'a pas de 2e chance, parfois on nous donne pas cette 2e chance non plus. Il y a encore tellement de chose à apprendre dans la vie. On commence déjà par : saisir la chance !

Henri-Pierre a dit…

Mon cher Buz-Buz,
je ne puis m'empêcher de te faire lire le mail reçu d'une de mes amies en peine à laquelle la lecture de ton blog a fait du bien :

"Au hasard de ma lecture , un moment de bonheur en découvrant les sentiments de ce parfait inconnu qui se laisse envouter par une musique dans le métro ! C'est étrange , je ne le connais pas et pourtant , il m'est moins étranger que d'autres qui sont à mes côtés!

J'aurais aimé lui écrire le boulversement bien agréable mais je n'ai pas les données de l'ordinateur ! J'ai déjà oublié le lien , je me souviens par contre du musicien :Camilo Silvart ! Je vais pouvoir affronter mes pbs avec plus de sereinité . Merci , HP , de m'avoir ouvert cette porte. Bisous Fanchette"

Voila...

Gérard a dit…

"Dans le couloir du métro"... suite ?
20 juin 2006, métro "gare du nord", 19h30...
J'attends une rame sur le quai et suis moi aussi attiré par cette guitare. Il était assis discrètement dans un angle du couloir adjacent et jouait merveilleusement Albenitz... J'avais du temps devant moi, je me suis avancé et l'ai regardé. La finesse de ses mains, comme celle de son interprétation, était impressionnante. Je l'ai longuement écouté jouer.
J'ai pris quelques instants pour discuter avec lui. Il a pris le temps de me dire qu'il vivait en France depuis 7 ans, qu'il était originaire de Cordoba, en Argentine, où il avait fait le conservatoire, que la vie à Paris était difficile...
Je lui ai répondu que sa musique était belle, qu'il avait du talent et que je le remerciais pour ces moments de plaisir intense à l'écouter. Son sourire m'a réconforté.
Je n'ai bien évidemment pas pu lui dire au revoir sans lui acheter son CD qui, depuis, ne me quitte plus...
Je l'entend encore me dire "merci", tout bas, comme pour ne pas déranger, au moment où je m'apprête à monter dans la rame. Il le fallait bien, car le train n'attend pas...
Salut l'artiste !!!
En espérant te retrouver un jour, et pas forcément dans le métro (quoi que...), devant un public qui puisse te mériter !
S'il y a un producteur qui lit ces lignes, je lui dis : s'il vous plaît, ne privez pas les mélomanes de la sensibilité d'un tel artiste. Offrez lui une salle !!!
Il s'appelle Camilo SILVART, un type que j'aimerais compté parmi mes amis les plus proches...

Gérard

Chez Buzenval a dit…

Bonjour Gérard, merci pour ce passage. J'apprends un peu plus sur lui, cet artiste charmant et discret. Tes émotions sont les miennes.

sand77 a dit…

J'ai également croisé cet artiste ce week end..En attendant mon rer a Chatelet qui n'arrivait que dans 40 minutes puisqu'on était dimanche soir, ce jeune homme m'a fait passer un moment plutôt magique et je n'ai même pas vu défiler les 40 minutes.Malheureusement je n'avais que 4€ sur moi je n'ai donc pas pu acheter son album :( Je lui ai tout de même donné une pièce avant de choper mon rer a contrecoeur.En espérant pouvoir l'entendre un jour...Je lui souhaite toute la réussite qu'il mérite.

mathilde a dit…

Bonjour,
Moi aussi j'ai croisé en avril 2006 ce guitariste talentueux et je me demandais si l'un de vous sait ce qu'il est devenu, s'il a réalisé un autre cd, s'il joue dans un autre cadre que le métro... Je laisse mon mail au cas où vous êtes au courant de quelque chose,
Je vous remercie infiniment d'avance!!!
Mathilde
guinard_mathilde@yahoo.fr